31 conseils pour visiter la Slovénie en van ou en camping-car

La Slovénie en camion, en van ou en camping-car est une question qui m’est posée très souvent par mail. Y-a-t-il des aires pour se garer? Le pays est-il accueillant pour les camions aménagés? J’habite ici et je n’ai de camion aménagé aussi je n’ai pas d’expérience sur le sujet, j’ai donc demandé à des lecteurs qui ont voyagé en camion aménagé ou  en camping-car en Slovénie de partager leurs bons conseils, leurs galères et leurs impressions. Lisez ces trois avis pour glaner un maximum de conseils et d’informations avant votre voyage.

 


Claire et Dominique – 2017 – en camion aménagé Renault Master


Nous sommes partis de Normandie avec notre petit van en juillet 2017 en direction du Mont Blanc pour rejoindre la Slovénie.  L’autoroute italienne est une horreur, des files de camions à n’en plus finir. Dès notre arrivé à la frontière slovène, nous achetons la vignette autoroute – 60 euros pour le mois pour notre Renault Master de moins de 5 mètres (le double du prix demandé pour une voiture).

Pendant  notre séjour en Slovénie

Nous avons dormi dans six campings repérés avant le départ (Retrouvez tous les détails sur chaque camping à la fin de l’article). Nous y avons rencontré des français en van qui avait expérimenté le camping sauvage : Ils nous ont dit avoir été délogé par la police au petit matin sur des zones touristiques, sans pour autant voir eu d’amende, ils devaient quitter les lieux très rapidement. La première quinzaine d’août était très chargée dans les campings, toujours complets. Pour avoir un bon emplacement à l’ombre, nous devions arriver avant 10 heure du matin. Après le 15 août, nous avons vu la différence – beaucoup moins de monde (Hollandais et Allemands rentrent chez eux). Nous sommes rentrés en France en passant par l’Autriche et l’Allemagne, autoroute surchargée. Galère et bouchons!!!

La Slovénie en fourgon

  1. Réseau routier très correct (rien à nous envier)
  2. Pas encore trop de barres limitatrices de hauteur à l’accès sur les parkings des commerces
  3. Carburant très légèrement moins cher
  4. usage des feux de croisement obligatoire
  5. Pour le lac de Bled, c’est la foule en été.
  6. Tous les parkings, même élevés en montagne, sont payants (un personnel est prévu pour percevoir l’argent) (exemple : 5€ au col du Vrsic,  5€ au parking des tremplins olympiques)
  7. Pour ceux qui auraient des craintes quant à l’état de la mécanique : en montagne, l’été, il peut faire très chaud, et les chemins de montagne pour véhicules, s’ils sont généralement bien nivelés, sont parfois pentus jusqu’à 25 % (ça peut faire beaucoup pour certains moteurs mais c’est rare)

Nos impression sur les campings slovènes

  1. – très bon accueil général, anglais et allemand pratiqués ; français peu pratiqué
  2. – règlement des nuitées souvent par cash (présence de lecteurs de cartes bancaires aléatoire)
  3. – campings bondés le soir (obligation de venir fin de matinée ou début d’après-midi si on veut choisir sa place ou trouver un coin ombragé)
  4. – peu d’aires de stationnement de camping-cars
  5. – places non délimitées => obligation de  »marquer » son territoire pour éviter toute mauvaise surprise au retour (plus de place)
  6. – tarifs relativement élevés, nombre d’étoiles non significatif

A la fin de l’article, retrouvez les six campings essayées par Claire et Dominique lors de leur séjour avec les prix, leurs impressions et leurs  bons conseils.

 


Joachim D. – famille de 4 – En van VW combi en Slovénie en 2017


Petite présentation, on est de Nantes, à quatre dont 2 enfants de 8 et 10 ans. On roule en van VW combi. Par rapport à un camping car, nous n’avons pas trop d’autonomie, pas de douche ni de toilettes. On avait 4 vélos. Nous utilisons pas mal l’application park4night bien connue des campeurs en van et camping car. Nous privilégions toujours les nuits hors campings (comme toux ceux qui ont un van) mais une pause technique s’impose dans un camping au maximum pour la troisième nuit, l’application, c’est bien mais sur place, on a eu quelques surprises, souvent mauvaises, qu’on va essayer de vous éviter en partageant notre expérience.


La Slovénie est tout a fait accessible en van !


Le lac de Bled en Van

lac slovenie

Un parking de jour et de nuit est disponible pour les van, 10 euros la nuit, 10 euros le jour. Seuls les vans sont acceptés, les gros camping cars doivent partir. Le parking jouxte le camping, commerces à proximité, enfin vous connaissez… Pas d’électricité, pas de vidange, wc publics tout près. La femme chargée du parking est une véritable cerbère et fait son boulot avec zèle. A 8h du matin pétantes, elle vire les camping-cars du parking. Le site est idéal pour partir en vélo faire le tour du lac et se baigner, pique niquer…

Le lac de Bohinj en van

Nous n’avons pas trouvé de site dédié alors nous nous rabattus sur le camping Danica. Pour les vans, c’est l’anarchie ! Pour les emplacements il faut se faufiler pour trouver des bornes électriques. Le camping longe une piste 100 % cyclable pour rejoindre le lac à 6 kms, donc pas de frais de parking et super balade.

Ljubljana en van

Un endroit où stationner le van : le parking Tivoli, pas cher en semaine et la nuit à 2,4 euros un dimanche, imbattable. Pas de services mais base idéale pour rejoindre le centre à vélos ou à pied de façon agréable en passant par le parc.

Ptuj en van

Le camping des thermes était trop cher pour nous donc on a trouvé une solution : le camping dispose d’un terrain devant avec eau et branchement électrique à 17 euros la nuit mais il n’y a pas de contrôle, le site est ouvert. On est censé se présenter à l’accueil pendant les heures d’ouverture pour accéder aux sanitaires du camping

Piran en van

Un site dédié au Camping car est à Portoroz mais seuls les campings cars sont admis car ils ont des toilettes, pas les vans donc solution de repli : le camping de Piran fiesa propose aux vans un stationnement low cost à 25 euros la nuit avec électricité. Ca vaut vraiment le coût, car on est proche de la « plage » et c’est plus calme. Pas de vidange possible mais des lieux de vidange sont proposés à proximité. Les parkings aux alentours étant prohibitifs (1€ de l’heure, les vans et campings- car ont vraiment intérêt à se poser ici). Pour ceux qui partent du camping en vélo et rejoindre la D8 direction Izola, c’est chaud, le dénivelé est dur. Rejoindre en descendant tout d’abord à Piran puis Portoroz (carte obligatoire pour se repérer). En espérant que vous trouverez ces infos utiles pour votre voyage en van en Slovénie

 


Pauline et Simon – Camping-car – 2016


Voici notre petit retour sur la Slovénie en Camping-Car pour les voyageurs qui te poseraient des questions. Bien entendu ce n’est que notre ressentie. Pour commencer je dirais malheureusement que la Slovénie n’est pas très bien adaptée aux camping-caristes. Du moins ceux qui apprécient le grand air et la liberté sans devoir se garer dans des campings, les uns à côté des autres. La première chose à savoir pour les camping-caristes c’est que le camping dit sauvage (ça me fait toujours rire cette expression d’ailleurs :-) ) n’est pas autorisé et de ce que j’ai pu lire dans des forums pas très bien vu des habitants Donc à partir de là, deux solutions :

  1. S’en moquer mais être discret, évidemment respecter son environnement et ne pas rester deux nuits au même endroit.
  2. Se parker dans les campings ou les aires de stationnements à disposition, certains possédant des services pour campeurs (eau, vidange toilettes, et même électricité). Cette dernière étant la plus économique et je dirais la plus honnête puisqu’on paye en général le stationnement, mais que l’accès aux services y est souvent libre. C’est ce qu’on rejoint régulièrement quand on est des « sauvages ». Une autre alternative aussi est le camping à la ferme. Il existe d’ailleurs une brochure qui les recensent.

Des camping-cars pas les bienvenues sur la côte slovène

Pour la première solution, celle donc que nous adoptons avec Simon. Bien c’est encore la plus simple à mon sens en utilisant les aires de services à disposition sur le trajet. Sauf qu’il sera bien difficile d’approcher du bord de mer, vers Piran par exemple, les camping-cars étant véhicules non Grata. Ne pas compter sur un accueil chaleureux en été. C’était déjà difficile « hors saison » alors en été j’ose même pas imaginer ce que ça donne. Absolument tous les parkings en bord de mer ont le panneau interdiction de stationner en camping-car – très problématique. Quelques-un, trop aimable, précisent que c’est de 21h à 8h (ouf on peut au moins visiter 1h ou 2h la ville contre paiements). C’est très pénible à force.


« C’est très pénible à force. »


D’autant qu’à part rejoindre un camping (cher), on a pas tellement d’autres alternatives, sauf dans certaines municipalités qui semblent y avoir réfléchis, comme Izola, qui prévoit un parking avec un point camper stop. De quoi faire les services et payer le stationnement classique, à l’heure, le stationnement est limité à 48h (mais je n’en suis plus sûre). c’étaittrès bien, il y avait même l’électricité. Donc il faut être sportif, aimer la marche ou le vélo pour se garer à l’extérieur des villes et faire le trajet.

Plus facile dans l’intérieur des terres et Ljubljana au top

On a donc très rapidement envie de rejoindre l’intérieur des terres ou tout de suite, on trouve plus de tolérance mais tout de même peu d’aire de services sur la route. Heureusement, la Slovénie est un petit pays et Ljubljana peut rapidement nous venir en aide. Ljubljana chapeau bas mille fois. Il y a à chaque bout de la ville de quoi stationner et faire les services. L’un semble appartenir à un privée et coûte 10 euros. L’autre c’est le parking P+R de l’avenue Trakzsa devant la banque Posta Banda. De quoi stationner, faire les services et l’électricité, le tout gratuit hors saison. En saison, on doit payer le stationnement à l’heure (à vérifier) avec ligne de bus pour rejoindre le centre. Ljubljana au top :-).

Attention aux voyages hors saison

Dernière chose et non des moindres il faut savoir qu’hors saison, la plupart des services d’eau dans les aires de services sont en mode hors gel. Du coup impossible de faire le plein d’eau ou de rincer la cassette. C’est plutôt embêtant !

Se garer dans les campings

On se dit donc qu’il vaut mieux opter pour la deuxième solution, et jouer le jeu du tout payant. Ben hors saison donc jusqu’à avril, c’est encore une fois raté. Les campings sont pour la plupart fermés de toute façon. Et ceux ouvert…cela reste cher 30 euros en moyenne (hors saison), 40 euros en saison, pour une nuit entasser les uns sur les autres… c’est l’alternative. Que je ne commenterai pas :-).

Le camping à la ferme

Reste le camping à la ferme, avec des réseaux qui se forment, pour stationner chez l’habitant. Il y a en général tout les services aussi, et parfois même le wifi. Sympa au demeurant, mais comme on le disait la fois dernière c’est pas non plus très économique. 15 euros la nuit en général avec pas tellement de souplesse. Il faut appeler avant pour dire quand tu seras là.. Pour un petit séjour c’est peut-être le plus sympathique, on en profite en plus pour rencontrer les personnes qui y travaillent. Mais bon faut préparer le trajet en amont du coup pour savoir où on va dormir.

La Slovénie, bien mais pas le paradis du camping cariste

Voilà en résumé autant prévenir la Slovénie n’est pas le paradis du camping cariste comme le serait le Portugal par exemple. Mais il ne faut pas non plus tirer une croix dessus car c’est tellement beau.. que ça vaut le coup de prendre le risque d’une amende au pire, de s’organiser un peu plus au mieux. Dernier point, il y a très très peu de laverie en Slovénie ! On a demandé à une auberge de jeunesse. Ils ont été très sympathiques, ça nous a enlevé une épine du pied ! :-)


6 terrains de camping essayés par Claire et Dominique – 2017 – voyage en fourgon aménagé


PIVKA JAMA, près de POSTOJNA

  • Terrain au bout d’une route goudronnée, gardé jour & nuit, à l’écart des grands axes, ombragé
  • Surveillance vidéo à l’entrée et aux sanitaires
  • sympa : emplacements de tentes camping sur des petites terrasses individuelles aménagées (camping dans une zone boisée, non plane), emplacements de parking à proximité pour les véhicules
  • Bloc sanitaire très propre, installation numériquement suffisante ; locaux équipés permettant la cuisine, à dispo-sition à proximité
  • Bungalows-huttes en dur, soubassement en pierres, étages en bois, plutôt sympas
  • Piscine et équipements sportifs dans le camping
  • Epicerie (sommaire) et restaurant sur place
  • Tarif : 80,10 € pour 3 nuitées
  • Possibilité de régler par carte bancaire

Belvedere à IZOLA

  • Réservation d’emplacement à partir de 10h00 à l’hôtel (réservation commune)
  • Camping implanté au sein d’un complexe hôtelier (hôtel avec grand parking, aire de camping-cars, terrain de camping), sur la hauteur dominant IZOLA à l’Ouest
  • Accès sécurisé (accès au bloc sanitaire uniquement par badge, probablement aussi pour éviter la venue de gens  de l’extérieur pour prendre une douche ou utiliser les sanitaires gratis)
  • Aire de camping-cars : emplacements de taille convenable, vue sur l’Adriatique, ombre jusqu’en début d’après-midi
  • Camping de taille convenable mais nombreux garages morts (tente et caravane positionnés à l’année), calme la nuit
  • Tarif : 30,28 € pour 1 nuitée
  • Sympa : arrêt de bus à proximité (env 100 m) de la sortie du camping, permettant l’accès à PIRAN par le bus (stationnement de camping-cars impossible à PIRAN). Ligne ARRIVA (€ 3,60 A et R à PIRAN par personne)
  • Possibilité de régler par carte bancaire

LJUBLJANA RESORT

  • Camping surchargé (très couru pour visiter la capitale, les derniers arrivants passent la nuit sur le parking)
  • Emplacements pour fourgons et C-C de tailles correctes, stables, herbeux, parfois ombragés
  • Sanitaires propres mais vétustes, installation numériquement insuffisante
  • Tarif : 36 € (ils se sont trompés et ne nous ont compté qu’une nuit, alors qu’on leur a bien précisé en avoir passé deux) (tarif donc non significatif)
  • sympa : accès centre ville par arrêt de bus JESICA à environ 50 m de l’entrée du camping ; tickets individuels accessibles à la réception du camping ; arrêt desservi par lignes 6, 8 et 11, on peut descendre à BAVARSKI DVOR (tout proche du centre) en 20 mn. Impossibilité acheter des tickets dans le bus (uniquement carte de bus)
  • Possibilité de régler par carte bancaire

DOLENJSKE TOPLICE

  • Camping de ville thermale, petite taille (40 emplacements)
  • Proximité immédiate des thermes (20 % réduction à l’entrée pour les utilisateurs du camping)
  • Sanitaires propres, récents mais numériquement insuffisants
  • Camping calme, ombragé
  • Peu de commerces à DOLEJNICE (voir plutôt NOVO MESTO)
  • Tarif : 53,92 € pour 2 nuitées (C-C + 2 adultes + électricité)
  • Règlement par carte bancaire

CAMP DOLINA, à PREBOLD

  • Camping exploité par deux couples (parents et enfants) qui ont tous deux fait construire en limites du terrain, qu’ils exploitent ensemble
  • Pas d’emplacements délimités, terrain ombragé, sol plat, herbeux
  • Sanitaires propres, récents mais numériquement insuffisants
  • Tarif : 69,48 € pour 3 nuitées
  • Village bien doté en commerces (MERCATOR : 500 m à pied, TUS : 300 m à pied)
  • Bonne base pour visiter l’Est de la Slovénie (thermes de Rogaska Slatina, Maribor, Ptuj et Murska Sobota)

KAMP KAMNE, à MOJSTRANA

  • Camping dans vallée donnant sur massif du Triglav, au Sud de l’axe BANJSKA GORA – JESENICE (N-O de LJUBLJANA)
  • Emplacements délimités, possibilité de passer la nuit sur le parking si arrivée tardive (et s’il y reste de la place)
  • MOJSTRANA bien dotée en commerces (env. 2 kms)
  • Randos possibles au départ du parking
  • Douches chaudes par monnayeurs : 0,50 € pour 4 minutes
  • Tarif : 126,30 € pour 5 nuitées
  • Axe JESENICE – BANJSKA GORA à 50 m du camping (accès vers/depuis l’Autriche, donc très passant l’été),
  • mais bruit peu dérangeant la nuit (baisse du trafic)

 

 

 

 

Leave a Reply