24 heures à Piran – Guide de voyage

Piran est le village incontournable de la côte slovène, celui de tous les superlatifs, le plus beau, le plus ancien, le plus emblématique, le plus photogénique… Depuis 15 ans maintenant, je m’y rends plusieurs fois par an et dans cet article, je vous donne tous les secrets et les bons plans de cette petite ville côtière. Des conseils et de bonnes adresses pour que vous passiez une journée de vacances mémorable : vous ne louperez pas les incontournables, découvrirez des endroits secrets et mangerez dans de bons restaurants, certains à prix modiques.


Piran est le plus beau village de la côte slovène, un passage obligé lors de vacances en Slovénie.


Vous découvrirez aussi comment Piran a fait fortune en devenant un immense grenier à sel pour Venise, une fonction stratégique à l’époque. Piran est resté sous l’autorité de la République de Venise pendant cinq siècles (à partir de 1283). Cette domination a laissé de nombreuses traces architecturales dans Piran et participe à aujourd’hui à sa beauté.  

Où est Piran en Slovénie ?

  • Piran est sur l’Adriatique, entre la Croatie et l’Italie.
  • Ljubljana – Piran en voiture : 120 km – 1h30
  • 3 800 habitants
  • Un village totalement piéton
  • Ljubljana Piran possible en bus : 2h15 – 14€

Piran, une belle journée de vacances vous attend

Avant de vous donner tous mes bons plans, rappelons pourquoi Piran est une destination incontournable pendant un séjour en Slovénie. Avec Piran, vous composerez un très beau séjour mer – montagne – capitale. Vous apprécierez certainement beaucoup sa dolce vita et sa douce atmosphère de « petit village italien » de bord de mer. Le rythme de la vie quotidienne est lent, les voitures sont exclues de toute la péninsule, on s’y baigne, on y déguste de délicieux cafés italiens, des calamars péchés dans l’Adriatique…


Prévoyez au minimum une journée à Piran ! Idéalement, restez trois jours pour découvrir toute la côte slovène


Lorsque vous definirez le planning de vos vacances slovènes, il ne faut pas y venir seulement quelques heures mais au moins 24 heures, le temps de profiter de sa délicieuse douceur de vivre et surtout de ses chaudes soirées d’été. Elles sont d’autant plus agréables que les touristes quittent la ville en fin de journée. En réunissant toutes mes connaissances sur la ville et les meilleurs endroits que j’y ai découvert, j’ai construit un programme heure par heure. En le suivant, vous êtes certain de ne rien louper et d’être toujours au bon endroit au bon moment. Ce programme débute à 10h du matin et se termine à 10h le lendemain. Lisez le avant de partir en Slovénie et revenez le lire quand vous serez sur place.

10 h

Garez-vous au parking Arze

Piran est un village côtier sans voiture ce qui se révèlera très agréable quand vous serez sur place. Cela oblige cependant à se garer dans l’un des deux grands parkings à l’extérieur. A moins d’avoir des difficultés pour marcher, Il faut choisir le parking Arze qui est situé sur les hauteurs de Piran. Il est juste à côté des vieux remparts, le plus beau point de vue de Piran.


Le tarif du parking Arze : 1,20€ par heure – 12par jour. Un peu cher mais à ce prix, vous êtes tranquille.


S’il est complet, rejoignez le parking payant Fiesa et marchez à pied 20 minutes en suivant le chemin qui longe l’Adriatique. Ce second parking est gratuit hors-saison, un bon plan si vous venez plusieurs jours à Piran en dehors de l’été.

10h15

la vue splendide des murailles

Après vous êtes garé au parking Arze, marchez à pied sur 200 mètres pour rejoindre les remarquables murailles de la ville. Celles que vous apercevez en haut de la photo ci-dessus. Depuis quelques années, l’entrée est payante (2€ – accès possible de 8h du matin jusqu’au coucher du soleil). De ces remparts bien conservés construits entre 1470 et 1533, à l’époque où les invasions turques étaient une menace grandissante, vous profiterez d’une vue spectaculaire sur l’étroite péninsule sur laquelle repose le village de Piran.


Vous apercevrez aussi le splendide campanile en haut duquel vous monterez un peu plus tard dans la journée.


De ces murailles, les centaines de toits ocre des petits immeubles de Piran forment un tableau inoubliable. Vous admirerez aussi l’Adriatique et la magnifique place Tartini qui est aujourd’hui le centre de Piran. Si vous grimpez les escaliers et vous placez en haut de l’une des sept tours des remparts, votre photo devrait battre votre record de likes sur facebook et instagram.

Ce dont vous devez faire l’expérience à Piran, c’est sa Dolce Vita. Prenez le temps de poser votre appareil photo pour vous asseoir et apprécier cet incroyable tableau maritime. Vous pouvez (re)venir au coucher du soleil en haut de ses murailles.

Ces vielles murailles sont aujourd’hui en deux parties, elles protégeaient la ville. Pour vous plonger dans Piran, vous devrez essayer de vous représenter mentalement l’intégralité de ce mur protecteur. Vous comprendrez ainsi sa  fonction il y a plusieurs siècles. Observez aussi la forme très originale des créneaux. Après la visite, quittez les murailles et descendez vers la ville par la grande ruelle pavée (Ulica IX Korpusa) ou la petites ruelle Rozmanova Ulica avec ses escaliers (au choix – ces deux chemins sont agréables et intéressants). Vous pouvez en emprunter une rue à l’aller et une autre au moment de partir de Piran quand vous reviendrez au parking.

Pendant cette descente, ne loupez pas le monastère des frères mineurs (minoritski samostan) avec son charmant petit cloître du XVIè siècle. Adresse : Bolniska ulica 30. Vous allez passer devant. Entrez-y pour en faire le tour et jetez un œil à son petit musée Pinacoteca ainsi qu’à l’église Saint François. L’entrée des deux sont gratuits. De beaux concerts sont organisés les soirs d’été dans le monastère. Retenez que pendant la période estivale, de nombreux événements ont lieu sur la place centrale mais aussi dans des endroits cachés de Piran, pensez à demander le programme du jour à l’office du tourisme pour ne pas passer à côté d’un petit concert.   

11h

Le marché et un café sur la place centrale Tartini

Vous rejoignez maintenant la place centrale, la place Tartini. Elle porte le nom d’un compositeur célèbre né à Piran, Guiseppe Tartini. Vous apercevrez sa statue qui depuis 1896 trône au centre de la place et sa belle maison.

Une fois sur la place, regardez en direction du campanile et vous trouverez la splendide maison vénitienne du XVéme siècle. Les locaux donnent à cette demeure le nom de Benečanka.

Astuce : Vous pourrez y pénétrer gratuitement en passant par l’arrière de la maison et en entrant dans une boutique qui vend du crystal de Rogaska Slatina (une célèbre entreprise slovène). Le patron propose aussi des coupes de vin pétillant slovène à 4 euros à déguster sur le petit balcon. Donc, si vous voulez vous montrer un verre à la main au balcon en coin de la plus belle maison de la ville, vous savez maintenant comment faire.  

Bon plan : Au rez-de-chaussée de la maison, on trouve une des deux boutiques intéressantes de la place, celle des marais salants de Piran. C’est justement ce sel qui a fait la fortune du village. Entrez-y pour acheter de la fleur de sel par exemple. L’autre boutique, c’est la pharmacie qui a un beau rayon d’infusions slovènes avec des prix pour les locaux, pas pour les touristes.

A l’opposé de ces boutiques, vous apercevrez le lion de Venise sur la façade l’hôtel de ville néo-renaissance.

Ce fût le bureau de Peter Bossman de 2010 à 2018, un médecin d’origine ghanéenne qui après avoir vécu 30 ans en Slovénie est devenu le premier maire noir de Slovénie et d’Europe de l’est. Je l’avais interviewé pour un reportage pour RFI, à l’époque, les journaux titraient « L’Obama de Piran ».

Vous remarquerez que la partie centrale de la place est de forme ovale. Cette esplanade étincelante a en fait été construite sur un bassin du vieux port. Il a été comblé en 1894 pour devenir la place où un vieux tramway faisait demi-tour. Pendant un demi-siècle, ce tram a relié Piran à la ville voisine de Portoroz. Le tramway a depuis été démontée mais la partie blanche suit très exactement les anciens rails, d’où la forme ovale que vous observerez sur la place.

Astuce secrète : De la place centrale Tartini, dirigez-vous vers le petit port que vous apercevez et ses pontons pour faire de jolies photos. Astuce : pour profiter une très belle vue sur Piran et faire de belles photos, il faut rejoindre le petit phare rouge à l’entrée du port. En marchant, vous allez passer devant une stèle. C’est en fait le pilori de la ville, l’endroit où il y a 700 ans, on attachait pour une journée les habitants qui avait fauté, un châtiment courant dans la République de Venise.

Astuce secrète : Vous passerez aussi devant le théâtre de la ville. C’est le bâtiment jaune sur la photo ci-dessus. Construit en 1910, sa décoration intérieure est splendide. Essayez d’aller y jeter un œil si sa porte est ouverte.

Tout proche de la place et juste derrière l’hôtel de ville avec son lion de Venise sur la façade se trouve un tout petit marché : Trois ou quatre maraîchers qui vendent leur production locale et un poissonnier. Rien d’extraordinaire mais si vous avez besoin de poissons ou de légumes, faites-y vos emplettes avant sa fermeture 12h30. Les locaux y viennent, un signe de qualité.

Retournez sur la place pour déguster un café. Les prix sont bas. Grâce à la proximité de la ville italienne de Trieste, une grande ville importatrice de café, ils sont toujours très bons à Piran. Notez à l’entrée de la place, le pilonne sculpté qui soutient le mat avec un drapeau. Il date du neuvième siècle !

12h30

Premier plongeon dans l’Adriatique

A Piran, il est vraiment facile de se baigner. Alors, s’il fait bon, il sera temps de prendre votre premier bain de la journée.

Pas de plage en Slovénie, on descend dans l’eau tiède de l’Adriatique par des échelles, comme dans une piscine. Les échelles situés au pied du vieil hôtel Piran seront parfaites pour vous rafraichir et nager tout en profitant d’une vue spectaculaire sur la péninsule. N’oubliez pas glisser un maillot dans votre sac.

13h30

Un déjeuner à Piran

Il est temps de profiter des bons restaurants de la ville. Evitez ceux en front de mer sur la péninsule qui attirent depuis longtemps trop facilement les touristes et ne font plus beaucoup d’efforts pour préparer de bons petits plats à base de poissons locaux.

bons restaus piran

Ceux qui souhaitent manger avec un petit budget iront goûter aux cevapcici de Sarajevo 84, une spécialité des Balkans à base de viande ou rejoindront une des pizzerias de Piran. Autre option, un picnic au bord de l’eau grâce au rayon à la coupe située au fond de la superette Mercator de la place du marché. Sachez que cela vous coûtera plus cher qu’une grande pizza coupée en deux et partagée dans deux assiettes comme cela se fait partout en Slovénie.

Autre option, le burek au fromage, aux épinards ou à la viande vendu en quart de la boulangerie Nasa Perkarna de la place du marché. Prix : 2,70€. Avec ce met bien gras, vous n’aurez plus faim.

Un autre article sera publié bientôt sur les meilleurs restaurants de Piran.

14h30

les petites ruelles de Piran et la vielle place du 1er mai.

Quand le soleil est au zénith et donc au moment le plus chaud d’une belle journée d’été, réfugiez-vous à l’ombre dans les petites ruelles étroites du village (Le timing des visites de cet article est pensé pour que vous soyez toujours au bon endroit au bon moment). Les ruelles de Piran sont si étroites que le soleil n’y pénètre pas. On y profite d’une agréable fraicheur l’été.


Parcourez toutes les ruelles consciencieusement en vous aidant d’un plan de la ville récupéré à l’office du tourisme.


Le conseil ci-dessus est important au cœur de l’été car si vous trouvez qu’il y a du monde, ces petites ruelles secrètes sont la meilleure façon de vous extirper du flot des touristes et de vous retrouver seul à seul avec Piran. Donc ne suivez pas comme les autres touristes les panneaux de direction et faites votre propre parcours par les ruelles adjacentes.

Jetez un œil rapide à l’intérieur des petites églises de Piran quand vous passez devant, il n’y en a pas moins de 10 en activité et par le passé, il y en a eu jusqu’à 23 en fonction du saint Patron des habitants.

L’endroit à ne pas louper sur la péninsule est la place du 1er mai. Il a été le cœur historique de la ville pendant un millénaire. Admirez à l’entrée de la place les deux splendides statues qui représentent la loi et la justice. Dans un coin de la place, vous apercevrez le comptoir végétalisé du restaurant Fritolin, un restaurant où je vous conseille de dîner car le soir venu, vous aurez l’impression de vous êtes attablés sur la belle place d’un petit village d’Italie. Voici les impressions des lecteurs sur la page facebook de Slovénie Secrète.

sel piran

Bon plan : Lors de mon tout dernier passage à Piran, j’ai découvert une petite superette vraiment intéressante sur cette place. A première vue, elle ne paye pas de mine mais en y regardant de plus près et en faisant un deuxième tour dans ce petit magasin, j’ai remarqué qu’on trouve dans ses rayons de nombreux produits locaux délicieux comme l’huile d’olive Lisjak, le sel de Piran, du miel, des conserves d’Izola, du bon vin (aussi au frais), des produits à base de truffes…

Demandez à la caissière de vous aider à les trouver si besoin. Ce magasin est avant tout destiné aux locaux.

Les prix ne sont donc pas ceux des boutiques pour touristes et c’est ce qui en fait tout son intérêt. Enfin, avant de quitter cette place magnifique, regardez bien, vous verrez deux puits et une pompe à eau sur cette place du 1er mai. Vous marchez en fait sur une grosse citerne construite par les habitants à la suite d’une longue période de sécheresse au 18ème siècle.

15h30

la vue du campanile

Pour profiter d’une seconde vue impressionnante sur les toits ocre de Piran pendant votre journée, ce sera le bon moment pour monter en haut du magnifique campanile de Piran, érigé en 1608.

Le campanile de Piran est une copie de celui de la place Saint-Marc à Venise.

Dirigez-vous au jugé vers cette église baroque du 12ème siècle que vous voyez en empruntant les petites ruelles. Une fois arrivé au pied de l’église, du terre-plein enherbé situé devant l’édifice religieux, vous profiterez déjà d’une première vue spectaculaire sur les toits de Piran mais aussi sur la Croatie et si vous vous retournez, vous verrez maintenant Trieste en Italie. Vous embrasserez toute la côte slovène. Extraordinaire !  

Grimpez les marches de ce bel escalier en bois pour vous élever de 47 mètres. Vous aurez une fois en haut de ce campanile le même problème qu’avec tous les châteaux une fois à l’intérieur, le bel élément architectural qui donnait du cachet à la ville n’est plus là. Toutefois, vous prendrez ici à coup sûr de très belles photos à 360° comme celles que j’ai prises ci-dessus. La vue sur le baptistère octogonal situé au pied du campanile est géniale.

Attention : Une fois en haut, vous devrez être vos gardes car les cloches sonnent toutes les 15 minutes, et si vous n’êtes pas préparé comme moi, se faire sonner les cloches à deux mètres de distance, ça surprend et ça secoue (protégez-vous derrière un pilonne et bouchez-vous les oreilles).

Une fois de retour au pied du campanile, vous pouvez jeter un œil à l’église Saint-George à travers la grille de l’entrée située sur l’esplanade en herbe (Billet à 2 euros – visite agréable mais ce n’est pas un incontournable sauf si vous voulez voir quelques reliques et un calvaire terrifiant du XVe). Ensuite, redescendez vers le centre par les toutes petites rues.

16h30

deuxième baignade de la journée !

Baignez-vous une nouvelle fois dans l’Adriatique. On change cette fois-ci totalement de vue par rapport au premier plongeon matinal. Rejoignez la pointe de Piran pour vous glisser dans l’Adriatique du côté opposé, au pied de l’école de plongée. Plusieurs échelles permettent ici aussi de descendre dans la mer tout en admirant l’Italie. Vous vous baignerez dans un parc naturel. Cependant, pour avoir appris à plonger à cet endroit précis, il n’y a pas grand-chose à voir sous l’eau, donc ce ne sera pas très grave si vous n’avez pas pensé à mettre dans votre valise un masque ou des lunettes de piscine.


Ensuite, bullez au soleil un livre à la main ! On est bien l’été à Piran !


Vous ferez l’expérience des plages de béton que l’on trouve partout sur l’Adriatique, une configuration normale pour un slovène en vacances (nous ne nous en rendons pas compte mais nous avons beaucoup de chance en France d’avoir de très belles et d’immenses plages de sable fin).

Bon plan : Vous pouvez monter en haut du petit phare à la pointe avec son joli escalier en colimaçon, Piranski svetilnik (1€)

18H30 – Un spritz avec vue sur l’Italie

A la pointe de Piran, vous trouverez trois bars avec d’agréables terrasses face à la mer (Punta cafe, fine del mondo…). On y sert des cafés à 1.50€, des cocktails et des aperols spritz entre 4 et 6€. Vous pouvez aussi optez pour une pinte de bière locale à 3,50€. L’endroit n’est pas huppé et en fin de journée, vous passerez un très bon moment à buller dans ces gros fauteuils en osier tout en admirant la vue sur Trieste et les collines qui surplombent la cité italienne. Avant d’aller dîner, prenez le temps de rejoindre cette zone à la pointe du village de Piran car je suis certain que vous y serez bien.

20h00

Un bon restaurant de Piran

Pendant mes premières années en Slovénie, j’ai pensé qu’on ne mangeait pas bien à Piran mais c’était de ma faute, je fréquentais les établissements face à mer qui ne sont pas les meilleurs car ils attirent trop facilement les touristes et ne font plus beaucoup d’efforts. Ces dernières années, j’ai fait le tour de tous les restaurants de Piran, un par un, et les endroits où vous mangerez bien sont dans cet article (à venir). Utilisez-le pour un dîner mémorable.

21h30

Un petit concert 

L’été, les festivals se succèdent à Piran. Le soir, vous devriez pouvoir profiter de petits concerts gratuits ou de spectacles folkloriques. Ils peuvent se dérouler à différents endroits : sur la place centrale, dans le centre culturel Saint George situé au pied du campanile, dans l’église, dans le cloître de l’église saint Francis…


Pour ne pas passer à côté d’un bel événement, consultez le programme à l’office du tourisme.


Jetez aussi un œil à ce qui se passe au grand auditorium en plein air de Portoroz qui n’est pas très loin (demandez là aussi le programme à l’office du tourisme de Piran). Si vous souhaitez faire la fête sur la côte slovène, vous devez absolument regarder la programmation de l’immense Ambassada Gavioli ou des bars à cocktails de Portoroz. Si rien n’est prévu, vous pouvez acheter une bouteille de vin dans l’après-midi pour la boire le soir venu sur l’un des pontons. Vous pouvez aussi déguster à nouveau un cocktail, personne ne sera là pour les compter.

23h30

Bain de minuit au clair de lune

Si vous logez à Piran et qu’il a fait très chaud dans la journée, passez chez vous pour enfiler un maillot et glissez-vous de nuit dans l’Adriatique, au clair de lune. Une baignade dans la douce chaleur d’une nuit d’été slovène. L’éclairage de Piran est tamisé. Une fois dans l’eau, vous verrez les étoiles. Un souvenir magique et impérissable de vos vacances en Slovénie.

8H00

baignade matinale

Une journée qui débute par quelques brasses est toujours une bonne journée. Si le cœur vous en dit, baignez-vous au petit matin dans une mer plate comme un miroir car le vent ne s’est pas encore levé, les autres touristes non plus d’ailleurs (Oui, oui, j’aime bien me baigner à Piran, d’où ces conseils de baignade à répétition). Se lever tôt en vacances demande un petit effort mais il vous laissera de bons souvenirs.


Profitez de Piran avant 10h, quand les touristes ne sont pas encore arrivés


L’été, les leve-tôt auront aussi intérêt à aller marcher dans la ville vers entre 7h et 9h du matin, quand les touristes ne sont pas encore arrivés mais que les locaux eux s’affairent. Ce sera une belle façon de se retrouver seul à seul avec le plus joli village du littoral slovène.

9h00

Café au bord de l’eau

Avant de quitter Piran, dites au revoir à la ville en dégustant un dernier café, soit sur la place centrale ou dans les ruelles, façon début de journée à l’italienne. Vous pourrez aussi le prendre face à la mer dans un des cafés que vous avez repéré et aimé le jour précédent. 

24 heures à Piran, c’est bien mais y passer plusieurs jours sera encore mieux. Vous ne manquerez pas d’activités aux alentours de Piran.

48 heures à Piran

Si comme je le conseille, vous avez prévu de passer plusieurs nuits à Piran, le deuxième jour, louez un vélo et partez vers Portoroz et ses marais salants. Vous allez passer un agréable moment et mieux comprendre d’où vient la richesse passée de Piran. S’il fait froid ou s’il pleut, prenez la direction la thalasso de Portoroz.

72 heures à Piran

Toujours à vélo si possible mais le lendemain, vous allez dans le sens opposé et partez cette fois–ci à la découverte d’Izola, des vignes de la côte slovène, des tunnels et de Koper. Ces petites villes sont forcément moins belles et impressionnantes que Piran mais elles méritent d’être vues. N’oubliez pas votre maillot, vous pourrez vous baigner à plusieurs endroits sur la piste cyclable. 

A voir aussi à Piran

Le point de vue secret de Slovénie secrète 

Je ne l’ai trouvé qu’après dix ans en Slovénie car ce n’est pas du tout un chemin que l’on est naturellement tenté de prendre, d’autant plus qu’il monte. Bref, c’est un endroit que les touristes ne trouvent jamais. Du petit port, prenez vers Grudnova Ulica, grimpez 10 minutes sur Oljcna pot et vous arriverez à deux points de vue sur Piran. Un premier en grimpant sur le muret pour réussir à apercevoir la ville. Un second, un peu plus loin, au coin, à l’endroit où le chemin fait un coude. Si vous avez un selfie stick, prenez le, vous pourrez faire une photo de Piran avec un axe que personne ne connait et avoir une photo que personne ne prend (cool pour votre compte instagram). S’il fait chaud, vous êtes bon pour une bonne suée car ça monte. Afin que ce point de vue reste secret, je vous remercie de ne pas indiquer sa localisation précise sur votre compte Instagram ou ailleurs, sur votre blog de voyage par exemple. Je me fais très régulièrement pomper du contenu que j’ai passé beaucoup de temps à dénicher sans être cité.

Les musées de Piran

Dans Piran, on trouve plusieurs musées. Une fois entré, les panneaux explicatifs sont en slovène et en anglais (jamais en français). Il y a un musée sur les coquillages, un autre sur la plongée en scaphandre, un espace multimédia qui retrace l’histoire de la ville avec un film en 3D, un petit aquarium, un musée du coquillage, un autre de la marine, la maison natale de Tartini, etc. Ces musées sont pas mal mais Piran offre une atmosphère si douce, une dolce vita dont je vous parle depuis le début. Aussi, je ne crois pas que s’enfermer une heure dans un musée soit la bonne façon de procéder pour passer une belle journée de vacances à Piran.


L’histoire de la ville est déjà à tous les coins de rue. Pas besoin d’aller dans les musées de la ville pour se cultiver !


Toute la ville de Piran est classée monument historique. L’histoire est donc déjà partout dans les rues. Si vous voulez découvrir le passé de la ville, ses liens avec Venise, sa formidable richesse engrangée grâce à l’économie du sel, je place ci-dessous une sélection d’excellents liens pour découvrir cette histoire. Regardez-les avant ou après votre départ. Si vous adorez l’histoire et comprenez l’anglais, demandez à participer à une visite guidée de la ville ou aller voir le film 3D en anglais du mediadom à cinq euros.

Retenez de ce paragraphe sur les musées de Piran qu’il vaudra mieux maximiser votre temps à l’extérieur, en terrasse et à nager dans l’Adriatique plutôt que dans des musées à l’intérieur. Piran est aussi un musée à ciel ouvert. Voici donc des liens pour vous renseigner sur Piran avec ce que j’ai retrouvé de mieux sur le net.

A savoir avant de visiter Piran

Vous devez connaître Guisepe Tartini dont vous verrez la statue et la maison natale (statue ci-dessus). Ce violoniste et compositeur italien baroque est né le 8 avril 1692 à Pirano, le nom donné à l’époque à Piran. Sa biographie sur wikipedia est à lire ici.

Ecoutez un de ses morceaux les plus marquants : la sonate des trilles du diables

Regardez cette animation qui retrace l’histoire de Piran

La vidéo complète est visible dans l’un des musées de Piran mais elle est en anglais.

Saint George et le dragon, il est partout à Piran

Soyez un peu attentif pendant votre visite et vous verrez un peu partout dans Piran, Saint George à cheval tuant un dragon avec sa lance. Voici la légende que vous devez connaître :

« La ville de Silene en Libye est régulièrement menacée par un dragon crachant du venin vivant à proximité. Pour qu’il ne vienne pas en ville, les habitants lui offraient quotidiennement deux moutons, puis un homme et un mouton, et enfin leurs enfants et adolescents, choisis par tirage au sort.

Un jour, le tirage au sort désigne la fille du roi. Le monarque offre alors tout son or et son argent pour que sa fille soit épargnée mais le peuple refuse. Sa fille est envoyée au bord du lac, habillée en mariée, pour nourrir le dragon.

Saint George arrive par hasard au bord du lac. La princesse lui dit de partir mais il reste. Le dragon sort du lac au moment où ils conversent. Saint George se signe et l’attaque, le blessant gravement avec sa lance. Il lui jette sa ceinture et la passe autour du cou du dragon. Assagi, le dragon les suit.

La princesse et Saint George ramènent le dragon à Silene. Saint George propose de le tuer s’ils consentaient à devenir chrétiens et à se faire baptiser. Quinze mille hommes, dont le roi de Silène, se convertirent alors au christianisme. Saint George tua donc le dragon en le décapitant avec son épée et le corps fut transporté hors de la ville sur quatre charrettes à bœufs. Le roi fit construire une église sur le site où le dragon est mort. A cet endroit, une source jaillit qui guérit toute maladie. »

A lire : les incontournables de la côte slovène

 A savoir sur Piran

Piran serait dérivé du mot pyr qui en grec ancien signifie feu. Selon la légende, les premiers habitants de la péninsule faisait un feu afin que les bateaux puissent naviguer sans risque au large et rejoindre Aegida, aujourd’hui connu sous le nom de Koper (C’est aujourd’hui le port en eau profonde de la Slovénie, un atout stratégique pour le pays)

Après l’effondrement de la République de Venise en 1797, Piran est passé aux mains des Hasburgs jusqu’à ce que la cité soit prise par Napoléon et reste quelques années en sa possession avant de retourner aux Hasburg après le congrès de Vienne. Les Hasburg vont moderniser la ville, le front de mer et les marais salants en s’inspirant des techniques utilisés en Croatie à Pag.

Bonne journée à Piran !   

6 Comments

  1. Bonjour Nolwenn,

    Bonne idée cette grande balade Piran-Izola avec le retour en bus.
    J’ai été exploré l’arrière pays de la côte à pied et à vélo à partir du dépliant de l’office du tourisme. C’est joli mais il y a mieux à faire en Slovénie. Je recommande notamment cette randonnée sur la côte slovène.

    Bon séjour
    Florent

  2. Piran et ses environs sont effectivement magnifique.
    J´ai pour ma part fait une belle balade entre Piran et Izola a pied en longeant la cote la plupart du temps. Pour préparer mon itineraire, je me suis aidée de l´application Slovenia Trail qui recense un bon nombre de balades, randonnees a pied et a vélo dans toute la Slovenie.
    Dans les offices de tourisme vous pourrez trouver également une grande carte gratuite avec les itineraires de randonnees velo et a l´arriere du plan gratuit Piran-Izola une carte (petite) qui a les randonnees a pied et a velo.
    Mon itineraire a toujours été balisé par les marquages jaunes des balades, et m´a permis de découvrir la réserve naturelle de Strunjan (j´ai suivi une bonne partie de leur parcours explicatif au passage) qui donne aussi des belles vu sur Piran, Izola et d´autres lieux sont visible et « fléché » sur le parcours.
    Une bonne pause et visite de Izola et en fonction de votre fatigue et vos envies, le bus ou rentrer en marchant sur la piste cyclable jusqu´a Strujan.

  3. Bonjour Christophe,

    Merci pour vos impressions. C’est précieux.
    Il y a pas mal de touristes donc des Slovènes forcément moins accessibles qu’ailleurs.

    Florent

  4. c’est tout à fait ça ! De vrai vacances reposantes entre mer, lecture et solei au coin d’une table. Juste à savoir si le repas du soir sera poisson ou calmar frit ! lol.
    Pas de voiture, du calme et un paysage merveilleux.
    Mon seul bémol : les slovène y sont moins « accessible » que dans le reste du pays. L’effet tourisme sans doute mais l’accueil surpasse celui qu’on trouve sur nos côtes.

  5. Bonjour Marianne,

    Oui, bonne idée de revenir. il reste toujours quelque chose à découvrir sur la côte slovène.

    Florent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *